Clôture de la Semaine Laudato Si’ : se souvenir des victimes et passer à l’action

par | Mai 31, 2022 | Blog, Nouvelles et mises à jour, Prière, Semaine Laudato Si’ | 0 commentaires

À Brumadinho, dans la région du Minas Gerais, au Brésil, s’est déroulée la célébration de clôture de la Semaine Laudato Si’. L’archevêque local, Monseigneur Vicente Ferreira, a conduit un moment de prière comprenant des gestes émouvants envers les victimes des tragédies climatiques survenues dans la région.

L’hommage aux victimes

Avant le début de la célébration, un moment spécial a été organisé pour se souvenir des 273 victimes qui ont subi les conséquences des tragédies climatiques dans la région, en particulier celle qui s’est produite le 25 janvier 2019 à Brumadinho,  » la plus grande tragédie environnementale de notre pays « . À côté de l’autel se trouvait un pilier avec les photos des victimes et les mots mémoire, réparation, justice et écologie intégrale.

On s’est également souvenu de “toutes les victimes de toutes les tragédies provoquées par la cupidité, l’ambition et le mépris”. L’animateur-guide a mentionné que toutes “sont dans notre mémoire et elles renforcent la clameur pour que toutes les vies soient respectées et estimées, dans un nouveau monde possible”.

À REGARDER : prière de clôture à Brumadinho ici :

 

L’évêque Vicente Ferreira

Après la lecture de l’Évangile, Monseigneur Ferreira a remercié toutes les personnes présentes et a mentionné l’art comme “une nouvelle manière de vivre avec la Création”. Il a parlé de la lecture du Livre de la Sagesse et a déclaré que “les êtres humains ne peuvent pas prendre la place de Dieu. Chaque fois qu’ils ont pris la place de Dieu, ça ne s’est pas bien passé.”

L’évêque a affirmé que “comprendre Dieu est l’un des plus grands défis de la société d’aujourd’hui”, mettant en garde contre le danger de mettre l’argent et la cupidité au centre, ce que beaucoup de personnes vivent ; et, finalement, “ceux qui possèdent l’économie oublient de protéger le cœur de notre monde”.

Ensuite, il a mentionné l’exploitation minière, qui, dans la région de Minas Gerais, « blesse nos terres, blesse le Brésil en Amazonie et également les terres autochtones. Tout ceci nous montre à quel point nous sommes éloignés de la Création”, a-t-il expliqué en rappelant que ceux qui souffrent le plus de ces conséquences sont les pauvres et les communautés autochtones.

Il a ensuite demandé : « Pourquoi la catastrophe de Brumadinho a-t-elle été ignorée ? Que s’est-il passé dans les cœurs des mères qui ont perdu leurs enfants ?” Puis, il a affirmé : “le nom de Dieu nous rappelle que tout est connecté.”

Pour finir, Monseigneur Ferreira a déclaré que « seul le cœur des pauvres et des modestes peut comprendre ce message”, s’adressant ainsi à chacune des personnes présentes et à ceux connectés par les réseaux : “Vous devez avoir un cœur rempli de gentillesse pour que la sagesse de Dieu vous atteigne”.

Regina, la mère d’une victime

Ensuite, Mme Regina, représentante de l’Association des familles des victimes, qui a perdu sa fille de 29 ans, Priscilla, a partagé son témoignage. Cette mère a expliqué, en larmes : “Ma fille a fait tout ce qu’elle devait faire dans sa vie pour Dieu. Elle a quitté ce monde d’une des morts les plus violentes et cruelles”.

Elle a rappelé la catastrophe pendant laquelle sa fille, ainsi que d’autres personnes, ont perdu la vie, et elle a déclaré aux personnes présentes : “Nous avons des sécheresses et des inondations et pourtant, aujourd’hui, nous ne travaillons pas main dans la main pour les éviter. Nous ne nous rendons pas compte que tout cela dépend de nos actes”, encourageant ainsi chacun à réduire son consumérisme. Elle a ensuite ajouté : “Nous ne pouvons pas laisser les entreprises d’exploitation minière faire ce qu’elles veulent dans nos villes. Nous devons être unis et passer à l’action.”

Plus tard, a eu lieu le geste de la lumière. Le cierge pascal est entré par l’allée centrale du temple et toutes les personnes présentes ont allumé des bougies. Les paroles du chant étaient : “Puisse ta lumière naître dans nos cœurs et briller avec l’amour et la grâce, faisant rayonner l’espoir pour les multitudes”.

Regina allume sa bougie pendant le geste de la lumière.

Les jeunes de la communauté ont lu une prière pour notre Terre : « Répands sur nous la force de ton amour pour prendre soin de la vie et de la beauté. Remplis-nous de paix pour que nous puissions vivre en frères et sœurs. » Ils ont prié le Dieu des pauvres pour qu’il guérisse les vies des personnes présentes, “afin que nous puissions semer la beauté et non la contamination ou la destruction ».

L’évêque a ensuite demandé un moment de silence pour se souvenir des 273 victimes. Il a invité les personnes présentes à se souvenir de ceux qui ont perdu la vie et à dire leurs noms à voix haute, en observant leurs visages à la lumière des bougies que chacun d’entre eux tenait dans ses mains.

Pendant la dernière prière, Monseigneur Ferreira les a invités à se tourner vers la Vierge Marie, qui a également perdu son fils, Jésus, et toute l’assemblée a chanté le Magnificat. L’évêque de Minas Gerais a remercié tous ceux qui ont rendu cette prière possible. “Nous pouvons partir dans la paix et l’espoir et terminer cette Semaine Laudato Si’. »

Guadalupe García Corigliano
Guadalupe García Corigliano

5 1 vote
Article Rating
S’abonner
Notification pour
guest
0 Comments
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires