Le long métrage réalisé par des producteurs lauréats d’un Oscar offre des aperçus inédits de l’histoire personnelle du pape François et fait pression en faveur de la justice climatique mondiale en donnant la parole à des personnes qui sont en première ligne de la crise.
  Un nouveau long métrage documentaire sur la capacité de l’humanité à mettre fin à la crise écologique a été présenté en avant-première mondiale dans la Cité du Vatican aujourd’hui. Intitulé La Lettre, le film raconte l’histoire du voyage de divers acteurs de première ligne à Rome pour discuter de l’encyclique Laudato Si’ avec le pape François. Ce film est produit par Off the Fence, producteur lauréat d’un Oscar (La Sagesse de la pieuvre). Avec des protagonistes de l’Amazonie brésilienne, du Sénégal, de l’Inde et des États-Unis, ce film explore des questions telles que les droits des peuples autochtones, les migrations climatiques et le rôle des jeunes en matière d’action en faveur du climat et de la nature. Le film comprend un entretien exclusif avec le pape François et des images inédites de son installation en tant que pape. Les protagonistes et les réalisateurs du film, le haut fonctionnaire du Vatican chargé des questions écologiques et le secrétaire général du GIEC, ainsi que des ambassadeurs et des représentants de la société civile ont participé à la première du film organisée au Vatican. Le film est diffusé par YouTube Originals. C’est la première fois qu’un film avec un pape sera disponible gratuitement via un service de streaming. La première a lieu le jour même où le Saint Siège rejoint officiellement l’accord historique de Paris sur le climat. Les représentants du Vatican ont accueilli les ambassadeurs du Saint-Siège à l’ONU à la fois lors de la projection et lors d’un événement parallèle de haut niveau sur l’Accord de Paris, afin de faire pression sur les gouvernements pour qu’ils prennent davantage de mesures en faveur du climat. Ces initiatives représentent l’engagement de plus en plus ambitieux et urgent de l’Église catholique sur les enjeux écologiques. Une campagne mondiale de projections communautaires, d’événements de haut niveau et d’initiatives de la part d’organisations partenaires dans les pays du Nord et du Sud est prévue au cours des prochains mois, afin de renforcer la pression sur les décideurs politiques lors du sommet sur le climat, la COP27 et du sommet sur la nature, la COP15 de l’ONU. Cette urgence s’aligne sur les avertissements du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) des Nations unies, l’organe scientifique chargé d’apporter des informations sur l’Accord de Paris et la COP27. A propos du film, le président du GIEC qui participait aux événements du Vatican, le Dr Hoesung Lee, a déclaré : « La communauté scientifique se réjouit de l’occasion qui lui est donnée de collaborer avec des croyants pour trouver des solutions à la crise climatique. » Ridhima Pandey, jeune militante pour le climat et protagoniste de La Lettre, a déclaré : « Les adultes doivent faire mieux. Et je ne vais pas attendre que vous répariez les pots cassés. Croyez-moi, mon combat ne fait que commencer. » Nicolas Brown, réalisateur de La Lettre, a déclaré : « Guidés par la boussole morale fournie par le pape François, j’espère que nous pourrons tous retrouver un regain d’intérêt et d’engagement pour protéger notre maison commune et faire preuve de compassion pour tous les êtres vivants, y compris nous-mêmes. » À propos du film Produit par l’équipe Off the Fence (La Sagesse de la pieuvre), lauréate d’un Oscar, en partenariat avec le Mouvement Laudato Si’, le film a été réalisé par Nicolas Brown, lauréat d’un Emmy. La Lettre a été réalisée en collaboration avec le Dicastère pour la communication et le Dicastère pour le service du développement humain intégral. Le film est présenté par YouTube Originals. Cliquez ici et sur TheLetterFilm.org pour plus de contexte sur le film. Les ressources sur le film De brèves biographies et des photos des protagonistes, y compris du Pape François, sont disponibles ici. Les photos des protagonistes et des dirigeants de haut niveau participant aux événements du Vatican seront disponibles ici à 19h00 CEST le 4 octobre. Une bande-annonce et le film complet sont tous deux disponibles sur la chaîne YouTube Originals. Le film sera en ligne en direct le 4 octobre à 18h30 CEST. Conférence de presse Une conférence de presse aura lieu le 4 octobre à 11h30 CEST dans la Sala Stampa avec les intervenants suivants :
  • Le Cardinal Michael Czerny, Préfet du Dicastère pour le service du développement humain intégral
  • Le Dr. Hoesung Lee, Président du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat
  • Le chef Odair « Dadá » Borari, protagoniste du film et chef général du territoire autochtone de Maró, Pará, Brésil
  • Le Dr. Lorna Gold, présidente du conseil d’administration du Mouvement Laudato Si’.
  • Nicolas Brown, scénariste et réalisateur, de La Lettre.
Les journalistes accrédités par le Vatican sont les bienvenus. Les personnes qui ne sont pas accréditées mais qui souhaitent participer en personne sont priées de contacter Gabriel López Santamaria à l’adresse [email protected] avant le 3 octobre à 12h00 CEST.   Pour les journalistes qui ne sont pas à Rome, la conférence de presse sera diffusée en direct, disponible ici à partir de 11h30 CEST. La Première du film Des ambassadeurs du Saint-Siège, des scientifiques, des représentants des médias, des hauts dignitaires de l’Église et des représentants de la société civile assisteront à la première du film dans la salle synodale du Vatican. Les portes ouvriront et une séance photos aura lieu à 17h30 CEST. Le film commencera à 18h30 CEST. Une réception suivra le film. L’inscription est obligatoire pour participer. Les journalistes qui souhaitent participer sont priés de s’inscrire ici. Entretiens Les protagonistes du film, le Cardinal Czerny, le Secrétaire Lee et le réalisateur Nicolas Brown sont disponibles pour des entretiens et des photos en personne juste après la conférence de presse, de 12h30 à 13h30 environ dans la Sala Stampa. Des entretiens écrits sont disponibles avant la conférence de presse. Veuillez envoyer vos questions à Gabriel López Santamaria à l’adresse [email protected] avant le 2 octobre à 12h00 CEST. Les commentaires des porte-parole sont disponibles.
  • Mouvement Laudato Si’: veuillez contacter Gabriel López Santamaria à l’adresse [email protected]g.
  • Off the Fence Productions : veuillez contacter Nicolas Brown, scénariste et réalisateur de  La Lettre, à l’adresse [email protected]
  • YouTube Originals: veuillez contacter [email protected]
  Déclarations des dirigeants, des protagonistes et du réalisateur Dirigeants Le cardinal Michael Czerny, préfet du Dicastère pour le service du développement humain intégral, a déclaré : « Dans son encyclique Laudato Si’, le pape François souhaite engager un dialogue avec tous les peuples au sujet de la planète Terre, notre maison commune. La crise écologique n’est pas une question qui concerne uniquement les catholiques. Elle touche tout le monde, les générations actuelles et futures. Ce film est un véritable signal d’alarme pour les gens du monde entier : nous devons agir ensemble, et nous devons le faire maintenant. » Le Dr Hoesung Lee, président du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, a déclaré : « Le défi du changement climatique est global et la science est claire. Maintenant, il est temps d’agir.” Il poursuit : “La communauté scientifique se réjouit de l’occasion qui lui est donnée de collaborer avec des artistes et des croyants. Aussi bien la foi que l’art ont un grand pouvoir rassembleur et peuvent inspirer une action collective authentique”. Protagonistes Le Dr Lorna Gold, présidente du Mouvement Laudato Si’, a déclaré : « Les signaux de la catastrophe écologique sont omniprésents, et pourtant, nous continuons à ignorer la situation. Ce film magnifique, qui suscite la réflexion, montre les conséquences tragiques de l’inaction, mais il montre aussi la voie à suivre. Grâce à ce film, nous sommes allés bien au-delà des choses qui semblent nous séparer en tant que personnes issues de milieux si différents. Nous avons découvert que ce qui nous unit, à savoir le sentiment d’une humanité partagée, d’être une famille. Cela me donne de l’espoir pour notre maison commune ». Greg Asner, directeur du Centre pour la découverte mondiale et la science de la conservation de l’Arizona State University et co-auteur de la technologie Spectranomics permettant de créer des cartes en 3D de la biodiversité, a déclaré : « La science montre que la planète change trop rapidement pour que la plupart des formes de vie puissent tenir la cadence. Des vagues de chaleur catastrophiques dans les océans aux sécheresses sur terre, la Terre nous dit sans cesse que nous l’avons poussée trop loin. Nous devons transformer nos préoccupations en actions immédiates. Les plantes et les animaux ne sont pas les seuls à être en danger : nous dépendons nous aussi de la planète et de sa biodiversité pour survivre et prospérer. » Le chef Odair « Dadá » Borari, chef général du territoire indigène de Maró, dans l’État du Pará, a déclaré : « Protéger l’Amazonie et ses habitants, c’est mon métier. Je le fais tous les jours et depuis des décennies. Les personnes qui veulent détruire l’Amazonie m’ont attaqué, mais je n’abandonnerai pas. Je protège la terre de mes ancêtres et l’esprit de la vie qui s’y trouve. Mais cette lutte n’est pas seulement la mienne. La protection de l’Amazonie dépend de nous tous. M. Arouna Kandé, réfugié climatique et étudiant en développement durable, a déclaré : « Ma famille au Sénégal n’a rien fait pour provoquer la sécheresse dans notre village ou les inondations en ville. Comme ce film le montre clairement, nous vivons avec les choix que d’autres personnes ont fait. Mais l’avenir est devant nous, c’est le mien et je vais bien le construire. J’étudie à l’université, je plante des arbres et j’essaie d’aider mon village à se développer durablement. Le Sénégal dispose de la créativité et de l’ingéniosité nécessaires pour façonner un avenir plus équitable. J’en ferai partie, et je ferai mieux que ce qui m’a été laissé. » Mlle Ridhima Pandey, jeune militante pour le climat, a déclaré : « Pour ma génération, voir le paysage changer de façon irrémédiable est devenu presque banal. Enfant, je faisais des cauchemars à propos des inondations extrêmes dans mon pays. Je m’inquiète de voir ces cauchemars devenir une réalité vécue par les enfants en Inde. Et maintenant, les canicules viennent s’ajouter aux inondations. Nous, les jeunes, déclarons que cela suffit. Les adultes doivent faire mieux. Et je ne vais pas attendre que vous répariez les pots cassés. Croyez-moi, mon combat ne fait que commencer. » Le Dr Robin Martin, professeur à l’Arizona State University et co-auteur de la technologie Spectranomics permettant de créer des cartes 3D de la biodiversité, a déclaré : « Lorsque j’ai rencontré le pape François pendant le tournage de ce film, je lui ai donné un coquillage de cauris dans une boîte en bois de koa, le tout provenant de mon île natale d’Hawaï. Le cauris, leho en hawaïen, est un symbole de protection. Il était également utilisé comme monnaie d’échange et même comme un simple en-cas qui pouvait vous suffire lors d’un voyage le long du littoral. Le koa est le plus grand des arbres indigènes d’Hawaï et il est recherché pour la construction de canoës pour les voyages. La nature n’est pas seulement un sujet d’étude. Tout a une beauté, une histoire et une utilité qu’il faut chérir et apprécier à sa juste valeur. » Réalisateur M. Nicolas Brown, réalisateur de La Lettre, a déclaré : « S’attaquer au double problème du changement climatique et de la perte de biodiversité est le défi le plus difficile que l’humanité ait jamais eu à relever. Il est facile de perdre espoir. Pourtant, aujourd’hui, je suis rempli de joie grâce aux personnes qui se sont réunies pour réaliser « La Lettre ». Je parie que leurs histoires vous inspireront autant qu’elles m’ont inspiré ! Et, guidés par la boussole morale fournie par le pape François, je m’attends à ce que nous retrouvions tous un regain d’intérêt et d’engagement pour protéger notre maison commune et avoir de la compassion pour tous les êtres vivants, y compris nous-mêmes. » Contact média : Gabriel López Santamaria, [email protected]